Une formation professionnelle au feutrage avec Lainamac

Dernière mise à jour : 10 mai


Quel bonheur d'avoir pour seul programme que d'apprendre ! Apprendre encore et encore dans l'activité qu'on affectionne le plus. Et quel luxe lorsqu'on est maman et que les moments pour soi, à l'écart du foyer sont si rares. Voilà ce que j'ai fait la semaine dernière grâce au centre de formation sur la laine, Lainamac, qui propose des formations sur l'ensemble de la filière laine depuis 2012, je vous raconte...


Cela ne vous échappera pas que le feutrage à l'eau est mon dernier "crush" en matière de création textile et d'art du fil. Jamais je n'aurais cru que le feutrage à l'aiguille me mènerait au feutrage à l'eau lorsque j'ai découvert le feutrage il y a déjà 5 ans. Mais voilà, j'ai essayé et j'ai succombé. On part de la même matière première certes, des fibres d'origine animale, mais le travail et le résultat sont ô combien différents ! De l'étoffe de feutre à l'objet en volume, volume plein ou volume vide, avec ou sans ornements, les déclinaisons sont multiples mais tout est affaire de connaissances de la matière pour être en mesure de l'apprivoiser.




Feutrer à l'eau ne relève pas que d'empirisme, d'essais et de tâtonnements. On se rend vite compte que le temps joue contre nous, que la méconnaissance des bons réflexes allonge le temps de création et nous éloigne du projet initial.



Suite à mon stage auprès de Frédérique à l'Atelier du cinq l'an dernier je pensais en avoir appris suffisamment pour avancer de façon autonome. Cependant, ce stage s'est plutôt avéré être une initiation dont j'ai rapidement ressenti les limites. Malgré la qualité et la richesse de l'enseignement procuré par Frédérique, experte en la matière, ces deux jours de stage pour la novice que j'étais, étaient loins d'être suffisants pour combler toutes mes lacunes et mon manque d'expérience. Prendre le temps d'une pratique en autonomie était également essentielle pour faire ses armes, sentir son niveau de compétences (ou d'incompétence) pour profiter ensuite au maximum des conseils d'un professeur aguerri.



Je pense d'ailleurs que cette formation est tombée pile au bon moment, j'avais rencontré suffisamment de difficultés (et des petites victoires aussi) pour que celle-ci soit pleinement profitable. Le feutrage à l'eau est un art aussi vaste que beau. Et comme dans la plupart des domaines artistiques, plus on en sait, plus on sait qu'on en sait pas assez... Autrement dit, plus je feutre, plus je me rends compte de mes limites techniques. Les idées sont nombreuses mais leur réalisation moins évidente.




Car les fibres de laine brutes, de laine cardée ou peignée, se sculptent à volonté pour former la matière et la forme que l'on souhaite à condition de connaître les bons gestes dans le but aussi de gagner en efficacité pour minimiser le temps passé sur chaque article. Bien que les méthodes de feutrage peuvent varier d'un artiste à un autre, il y a un certain nombre d'aspects techniques et mécaniques à connaître pour jouer avec la laine et que seul un professionnel peut transmettre.



Lainamac propose un programme de formation sur l'ensemble de la filière laine avec un cursus sur le développement d'une activité artisanale autour du feutre de laine. Autrement dit, leur offre de formations correspondait exactement à ce que je recherchais pour abattre les obstacles auxquels je devais faire face pour réaliser mes désirs feutrés. Ils ont en plus une bonne connaissance des possibilités de prise en charge et peuvent fournir tout le nécessaire pour déposer un dossier de demande de financement auprès des organismes de cotisations.




Au-delà des aspects techniques épluchés et étudiés tout au long des 5 jours de formation, cette formation a permis de répondre à de nombreuses questions annexes qui sont de l'ordre du potentiel de la technique et la matière feutre, son histoire et son évolution, les ressources bibliographiques, la composition d'une toison, se sourcer en matériel et en matériaux, réaliser une fiche produit, dresser son cahier des charges...etc. Autant d'aspects indispensables à connaître lorsqu'on souhaite faire commerce de son art.



Cette formation "Feutres en volume" fut aussi une excellente rencontre humaine avec à Birgit Kirkamm, de L'Atelier du Feutre, qui est en charge de ce cursus depuis de nombreuses années. Birgit s'est avérée être une formidable professeure, particulièrement à l'écoute et avec qui la semaine fut réellement passionnante. J'étais en compagnie d'une autre élève, Ghislaine, éleveuse de brebis installée pas très loin de chez moi en Savoie et se fut très enrichissant de partager cette formation avec une professionnelle du monde agricole.


Nous avons réalisé de nombreux objets pour aborder plusieurs problématiques de la conception d'un feutrage en volume. Voici les réalisations de Ghislaine et moi durant ces 35 heures de stage :


Créer un feutre plein avec la réalisation d'un joli galet plus vrai que nature, créer un feutre composé avec un porte-clef, essayer la pose en vrac et aborder la complexité de créer deux objets identiques avec une paire de chaussons (la grande classe !). Regardez comme ils sont beaux :)




Et enfin pour terminer, réaliser un projet personnel : le mien fut l'abat-jour rectiligne et composé de deux formes... J'ai poursuivi son moulage une fois rentrée chez moi. Sa vue en 2D est assez énigmatique pour imaginer à sa forme en volume, c'est là toute la complexité de la création 3D. Rendez-vous à la fin de ce billet pour voir le résultat final ;)



Contrairement aux formations collectives qui ont lieu à l'institut, à Felletin en Creuse, celle-ci était organisée à l'atelier de Birgit qui se trouve à Crest dans la Drôme, en binôme. Ce fut donc une belle occasion de découvrir cette région à deux heures de route seulement de chez moi mais qui n'est pas pour autant sans dépaysement. Ce format de stage est une première pour Lainamac car devant la forte demande, l'institut a décidé de décliner les offres de formation directement chez le formateur et en petits effectifs, dimensionnés à la capacité d'accueil de l'atelier de l'instructeur.



Le vieille ville de Crest s'est développée entre la Drôme et le pied de la tour, sillonnée par un dédale de charmantes petites rues pavées et étroites. Dès le soir de mon arrivée, mon appartement Airbnb étant idéalement placé au coeur de la vieille ville, je suis partie gravir les marches de la cité médiévale jusqu'au sommet de la tour. Celle-ci correspond à l'ancien donjon du château médiéval dont les 52 mètres de hauteur en font un des donjons les plus hauts d'Europe.




La vue panoramique à 360° que l'on a tout en haut de la tour est fascinante, des contreforts du Vercors à la plaine de la Drôme et ses reliefs environnants, on voit TOUT ! L'ascension vaut le détour ! Avant d'arriver au sommet du bâtiment, un audio-guide permet de comprendre la fonction de chaque salle de la tour, de comprendre son histoire et son évolution au cours du temps.



Voilà, maintenant j'ai hâte de réaliser toutes les idées que j'ai en tête et de vous montrer ce dont je suis capable. Je vous laisse avec une jolie vue sous le soleil de la Drôme provençale et le résultat de mon projet perso de fin de stage, le luminaire.


À bientôt !












0 commentaire